Logo SeaTech

Politique internationale



L’Université de Toulon met en œuvre une politique volontariste en matière de mobilité de ses étudiants et de ses personnels vers et en provenance des espaces européens et extra européens.
L’UTLN invite en moyenne une soixantaine de chercheurs de haut niveau, accueille près de 1500 étudiants étrangers par an (en mobilité depuis 90 pays différents) dont 300 primo-entrants, a mis en place des formations européennes, etc.

La participation de l’UTLN aux projets de coopération Erasmus+ lui permet de s’appuyer efficacement sur le potentiel offert par l’éducation et la culture, garants de création d’emplois, de croissance économique et de cohésion sociale, ainsi que de promouvoir la prise de conscience d’une identité européenne fondée sur son patrimoine culturel et sa diversité.

Stratégie de mobilité des étudiants et du personnel

L’enjeu de la mobilité sortante des étudiants de l’UTLN est au cœur du contrat que l’établissement a signé avec son ministère de tutelle. Le schéma de gouvernance actuel souligne la nécessité de renforcer les liens avec les pays européens et anglophones afin de répondre à la demande croissante des étudiants de l’UTLN de mobilité sortante vers ces destinations. Soucieuse d’une démocratisation encore plus forte de cette mobilité et les recommandations convergeant en direction d’une intensification des mobilités courtes, l’UTLN œuvre à la diversification des types de mobilité afin d’offrir davantage d’opportunités de mobilité intégrées aux programmes d’études. A cet effet, l’établissement a déposé, en tant que partenaire, une candidature à un projet KA203 visant à la création d’un parcours de formation innovant d’éducation à l’entreprenariat social combinant éducation formelle et non formelle. L’établissement travaille ainsi à la valorisation d’expériences de mobilité internationale (parcours d’éducation non formelle) dans le parcours universitaire (éducation formelle), afin d’accompagner ses étudiants dans des expériences de volontariats, d’échanges de jeunes, de formations à la pédagogie interculturelle, de stages, de chantiers de bénévoles, etc. Ce projet vise à compléter un référentiel de compétences valorisables en termes d’ECTS et donc à intégrer la dimension d’expérience de terrain, reconnaissant les compétences transversales ou « soft skills » et promouvant l’excellence dans le développement des compétences dans le sillon du projet de transformations des licences MisTraL de l’UTLN (Nouveaux Cursus à l’Université).

Ces dernières années, après avoir mis l’accent sur la mise en place et le développement de la mobilité sortante de ses étudiants, l’Université souhaite aujourd’hui se consacrer également à l’attractivité de ses formations de façon à augmenter la mobilité entrante. Dans le cadre de la stratégie Bienvenue en France, L’UTLN a reçu en 2019 un total de 85K€ pour améliorer l’accueil des étudiants internationaux. Elle s’est donc engagée notamment dans le renforcement des bureaux d’accueil des étudiants internationaux et dans le déploiement de son offre de formation en langue anglaise et propose une modernisation des parcours « classe européenne » en 3ème année de licence, afin de valoriser l’engagement des étudiants de l’UTLN et de favoriser les échanges dans l’intérêt de l’accueil des étudiants internationaux (dédoublements de cours magistraux enseignés en langue anglaise, renforcement linguistique, projets collaboratifs dédiés à l’accueil des étudiants internationaux, soutien accru dans leur projet de mobilité, accompagnement des enseignants en partenariat avec le Centre de Ressources en Langues de l’établissement). Le parrainage par les pairs et les cours de français langue étrangère font également partie des axes prioritaires parmi les mesures d’amélioration de l’accueil des étudiants internationaux. Aussi l’établissement sollicite concomitamment la labellisation Bienvenue en France pour concrétiser son engagement à l’accueil des étudiants internationaux.

L’UTLN favorise également la mobilité internationale de son personnel qui, en 2018, a réalisé 3500 jours de mission à l’étranger (pédagogie, recherche et administration), développant un savoir-faire à l’international. La présence de l’UTLN dans des consortia lui permet de s’offrir des opportunités de coopérations prometteuses, comme, par exemple, avec l’Agence Universitaire de la Francophonie, Erasmus Mundus MIR, Universités Euro-Méditerranéennes TETHYS, Interreg Marittimo, l’Observatoire Stratégique des Mondes Méditerranéens, FAME (réduire les freins à la mobilité internationale pour les apprentis de l’enseignement supérieur), l’Université des sciences et des technologies de Hanoï (USTH) ou encore le consortium sous-tendant l’Institut Technologique du Cambodge.

Stratégies géographique et thématique

L’Université privilégie le développement de coopérations avec les pays de l’espace euro-méditerranéen : pays du Maghreb et du Sud de l’Europe (l’Italie, l’Espagne, la Turquie ou la Grèce), dans une moindre mesure avec ceux du Machrek et du Moyen-Orient. L’importance de cette orientation est naturelle en raison de la situation géographique de l’UTLN qui occupe une position avantageuse sur les rives de la Méditerranée. Ces coopérations, peuvent également, dans certains cas, prendre une dimension de pilotage universitaire, à travers par exemple son implication dans les projets Erasmus+ « Capacity Building » comme le projet « Solutions Académiques pour le Territoire Euro-méditerranéen Leader d’Innovation et Transferts technologiques d’excellence » qui regroupe 22 partenaires du Nord et du Sud de la Méditerranée sur la thématique de valorisation de la recherche et du transfert de technologies entre établissements. Cette disposition euro-méditerranéenne se reflète également pleinement dans la déclinaison des axes transverses de l’UTLN (axe Mer, Environnement et Développement Durable et axe Échanges et Sociétés Méditerranéennes).

En matière d’échange Nord Sud, l’élargissement des mobilités financées à des pays hors Erasmus+ permet d’amplifier le dispositif de bourses mis en place pour accueillir certains étudiants du Sud dans nos filières. Des conventions d’application signées avec des universités partenaires (Comores et Mozambique) font bénéficier des étudiants en mobilité entrante de bourses. Ce dispositif a également été étendu à l’Ukraine où la coopération s’est traduite par la création de deux doubles diplômes au niveau master avec la prestigieuse université nationale de Kiev.

Dans la dimension thématique marine, le projet « CMQ 4MED », porté par la gouvernance de l’UTLN, vise à accompagner la numérisation de la filière de l’industrie navale et de créer un écosystème de formations au service du développement économique maritime, de l’emploi, de l’innovation pédagogique en région Sud. Il porte également une responsabilité à l’international dans le cadre des engagements de Marseille signés lors du Sommet des deux rives notamment par l’Union européenne et ses deux banques d’investissement et de développement. Il permettra la création d’un réseau méditerranéen des formations aux métiers de la mer qui accompagnement l’industrie et des sociétés méditerranéennes dans l’avenir post « COVID-19 » des cités portuaires occidentales.

Par ailleurs, le projet de Master Erasmus Mundus « Marine and Maritime Intelligent Robotics » (MIR) porté par l’UTLN a été retenu par la Commission européenne. Ce master lui offre l’opportunité de rayonner à l’international autour des compétences de la région Sud-PACA en techniques marines, maritimes et intelligence artificielle.

L’UTLN exporte également son savoir-faire en Asie-Pacifique. Son expérience lui permet de piloter le montage de formations à l’étranger comme, par exemple, les diplômes délocalisés ou les doubles diplômes. En près de quinze ans de présence au Vietnam, l’UTLN a eu l’occasion de mettre en place dix diplômes délocalisés (onze à compter de septembre 2021), deux doubles diplômes et une équipe de recherche internationale.



Université de Toulon - http://www.univ-tln.fr/Politique-internationale.html - comweb@univ-tln.fr